Bejelentés



Magyar Páneurópa Unió
..valóság, felelősség, szolidaritás

MENÜ

Ingyenes Angol online nyelvtanfolyam kezdőknek és újrakezdőknek. Ráadásul most megkapod ajándékba A Hatékony Angol Tanulás Titkai tanulmányom.








2016. 07. 27: Működik az MPUE új honlapjának "bétaverziója":

http://magyarpaneuropa.hu/wp/


 

 

Lecture by Viktor Orbán at the Catholic conference
entitled: "Hope and a Christian Response to the Crisis"
Madrid, 17th November 2012

Respected Congress, Mr. President, Ladies and Gentlemen.

Let me first of all say that it is I who owe you and not you who owe me a debt of gratitude for my being here. And thank you also to my friend, who when we last met managed to make me promise that I would be sure to be here with you in Madrid in November. The opening lecture and introduction said many good things about me. One feels a little awkward when being praised in public, while of course it does, in secret, feel good. The Americans, with their usual flippancy, have even worked out a formula for this, which I will share with you know, and which goes like this: if my parents had been here, then my father would have been very proud and my mother would have believed everything word-for-word. Well, that`s the situation with praise.

Ladies and Gentlemen,

Please allow me, above all else, and looking as it were beyond this conference, to pass on to you the warm regards of the people of Hungary. The regards of the nation, and this is especially relevant today, that gave Europe Saint Elisabeth. Thank you also to the church leader who conducted this morning`s mass for making the kind gesture of talking about Hungary and Saint Elisabeth during the sermon. Well, this is the country I have arrived from. To be a little secular too, we also gave European culture Ferenc Puskas and László Kubala, both of whom regarded Spain as their second home, and who were both loved by the Spanish people as one of their own.

Dear Friends, Ladies and Gentlemen,

We Hungarians understand the pain that the Spanish are feeling today, and we understand the hard struggle of the Spanish Government, that it must continue against this inherited, difficult economic situation. We understand the disappointment, anger and impatience of the Spanish people. We Hungarians have known and still know these well. And for this reason we sympathise with you and show solidarity towards Spain.

Ladies and Gentlemen,

Similarly to Hungarians, the Spanish are a people who value freedom, who look back at their own history with pride, and who will not allow the work with which their grandfathers rebuilt their homeland after the civil war to be put at risk once again by bureaucrats and financial speculators. A whole series of demonstrations and strikes throughout the European continent indicate that people everywhere are searching for the answer to the question: how could the dream, which a common Europe meant to all of us, have broken? How can Europe have lost its competitiveness? How can it have become indebted up to its eyeballs? Why didn`t it adapt in time, in a planned manner and without upheaval to the changed circumstances? Why are we suffering such problems now, destroying the standard of living and way of life of millions of families? These are difficult questions. There is one thing that I can certainly tell you with relation to these introductory thoughts. I myself believe that this is not a simple conjectural crisis. The situation isn`t that in place of the previous prosperity there is now a heavy downturn within the European economy; it is something else. It is my belief that we must face the reality and it is not worth deluding ourselves. A reorganisation of power is occurring in the world which makes it impossible for the world after the crisis - and in it Europe and European life - to be the same as it was before the crisis. Our lives will never again be the same as they were before the crisis. And accordingly - at least we Hungarians believe so - reforms or structural reforms are not sufficient in politics. In Hungary we say that we require the total renewal of our homeland, Hungary; total renewal and as a result, radical reorganisation within every dimension: intellectual, moral, spiritual, economic and social. This is never easy and never comfortable.

Ladies and Gentlemen,

What can you expect from me at today`s conference? Let us first of all make it clear what you cannot expect from me. I am not a priest or a church leader. And I am not a philosopher or a scholar either, and so you should not expect a theological, philosophical or scholarly approach from me. As they say in English, I am a "doer". A man with a sense of political calling, who happens to be Prime Minister, and is working to get things done. With regard to myself, let me tell you in short that I come from a small village, and from a working class family; I went to law school and later attended the halls of Oxford. I took part in the illegal fight against communism and the Soviet Union, organising youth movements, then founded a political party and succeeded in hammering my own nail into the coffin of communism - the one which it was my job to hammer in. I became a Member of Parliament at 26, and Prime Minister at age 35. After four years of government I found myself in opposition, and eight years later, in 2010, I returned with a majority of two thirds. The 52% proportion of the votes mean a two-thirds majority of seats in Parliament, because of the electoral system. What I will tell you today is therefore based on experience, experience accumulated in Central European and European politics. The collateral behind what I have to say is not theoretical argument, although I do like exercising my brain, but instead practical knowledge, political and personal experience. The 30 years that I have spent on the floorboards of politics, which, it is common knowledge, are rough, un-planed boards, and so wound one`s feet deeply.

Ladies and Gentlemen,

People who are committed to Christian traditions, laics, clerics, Catholics and Protestants alike, are connected by a common feeling; the responsibility of the dutiful guardian. We may read in the book of Ezekiel, that if the guard on duty sees the armed enemy approaching but does not blow his trumpet to warn his people, then God will call him to account for the human lives that are lost. In my view, God ordained church and secular leaders to be such dutiful guardians, and this includes politicians. And so it is in full knowledge of our responsibility that we must proclaim that the financial and economic crisis that is occurring in Europe is not some accidental event that a few gifted technocrats will be able to correct. The crisis occurring in Europe is the result of a process of decay that has been present for some time on the continent. I feel that we must speak out and state that in Europe today, such forms and configurations of human cohabitation such as the nation and the family have fallen open to question. Similarly, the true and original meaning of work and credit have become uncertain in economic life. This is all thanks to the fact that these important things - work, credit, family, nation - have become dissolved from the moral foundations that Christianity provided to us, and so have lost their weight and meaning in recent decades. I don`t know when this process began, perhaps historians know, but what I see is that a situation has developed in Europe today in which Europe - in politics certainly - has begun to feel ashamed of its roots. This is why the new European master document includes no reference to Christian roots. They didn`t forget to include it, but instead there was a large-scale European debate in which those gained the majority who said that it must not be included. Schuman, one of the founding fathers of the idea of Europe, once said that Europe would either be Christian, or it would not exist. Yet today, we have reached the point where the majority of European politicians are working and doing everything in their power to exile Christianity into people`s private lives, churches and history books.

Ladies and Gentlemen!

If an Islamic country began feeling ashamed of itself because of the teachings of the Koran, it would rightly awaken the anger of other Islamic countries. If someone in India were to begin challenging the fundamental principles of Hinduism, or someone in China the fundamental principles of Buddhism, then they would very quickly meet with incomprehension. In contrast, in Europe I see every day that it is instead those who wish to think and behave according to the values of Christianity in political and social life who meet with incomprehension. With relation to the crisis, what I have experienced in the modern world it that in times of crisis there is a spiritual, uplifting force within every successful national economy - because successful national economies do exist, albeit outside Europe. In the Latin American countries it is Christianity, in India it is Hinduism, which motions towards tranquillity, and in China it is Buddhism, which is built on the high regard of labour. Capitalism in Europe can also trace its birth back to spiritual foundations. It would not have come into existence without Christianity. But today, people often laugh if someone views his profession as a vocation and not just a source of income, if he wishes not to preserve, but to exploit the order of the created world, and he is he not taken seriously if he claims that he has received a responsibility from God for all the communities that are part of it. Secularized Europe regards the traditional forms of community life, the nation, the congregation and the family, sceptically, as if they were odds and ends left over from the past, and Europe simply does not take note of the fact that there are many people, many millions, who are no longer able to live and experience their human relationships in their true depth. In the meantime, Europe`s population is gradually dwindling, because the family is under constant attack, and many view raising a family as something that is in the way of self-fulfilment. The reduction of family communities based on stable commitments is a general tendency throughout Europe. In Hungary, the proportion of children born outside wedlock is 42 percent, and the age of women at the birth of their first child is 30; they do not have children before, but only after the age of 30. Hungary - the country of Saint Elisabeth - is one of those European countries in which the willingness to have children is lowest, and this is only partly attributable to existential problems that have arisen as a result of the crisis. Our people also suffer from more deep-rooted problems.

Respected Congress,

During communism, religious communities in Hungary had to overcome a severe trial. The dictatorship adopted an anti-church policy, first openly, then craftily, with which it wanted to terminate the connection that Hungarian people had with their own churches. However, it was unable to do away with the commitment that the people of Hungary had towards their own congregations, although it did succeed in weakening it. 95% of the adult population in Hungary - 95% according to the latest census data - profess to belong to a religious denomination, although only 16% go to church on a weekly basis. In answer to the question, are they religious, many answer yes, but if asked what this means, it becomes clear from the census that the majority say they are religious in their own way, and very few say that they are religious in accordance with the teachings of their church. These are very interesting, and at the same time very cautionary signals.

Ladies and Gentlemen,

In the end, I must say that the aging Europe that is disclaiming its Christian roots, and within it Hungary, is like the man in the well-known parable who built his house on sand. The floods came, hit the house, and the building found itself on the verge of collapse. This flood was only partly caused by Europe, but Europe has only itself to blame for the fact that it has hardly been able to withstand the flood, and behind the problems lie weakness, and behind that European weakness lie precisely those things: the crisis of families, communities and the nation, that in the early stages of capitalism were precisely what made us successful. They made Europe strong and dominant at a global level precisely because at the time they fitted into a Christian system of morals: in commerce, the economy, the family and the nation alike. I would like to highlight just one issue to show you what I mean. And this is the issue of credit. In the Old Testament, the word usury, money-lender, means to bite another person, like a snake would. It is understandable that the Catholic Church also decreed a ban on collecting interest on loans; they obviously wanted to protect people from the anguish and barbarity of money-lenders. During the reformation, the stance on the collection of interest changed. In today`s world it may seem difficult to believe, but at one time it was normal that for instance a banker from Geneva would write to the city`s Protestant priest and ask him what conditions and level of interest he would find appropriate with regard to the collection of interest. From a man of the church! However, from the early days of capitalism, credit became acceptable, something which was made possible precisely because there was a moral content connected to the word. At the time, trust, the sanctity of the given word and honourable business ethics were still connected to credit. I am not a naïve romantic. Greed and the human urge to become rich were obviously not unknown in those times either. It remains nevertheless significant that in those days every question related to credit were part of a Christian system of values and behaviour, and were measured according to Christian standards. If we look at the list of Europe`s indebted countries, then we see that the loans which our countries are suffering from no longer have any relation to any kind of moral principles. The conditions for successfully receiving credit today are such that they endanger the sovereignty of the nation in question, and lenders force governments to take money away from the very people they should be giving it to.

It is my firm belief that a Europe that represents Christian values would perhaps not have allowed people to squander the future of their families by taking on irresponsible loans. In Hungary, this is what happened to one million families. This is the number of people in personal family bankruptcy today. A Europe that represents Christian values would perhaps have warned everyone that they will eventually have to work to earn every single Euro they spend, including the ones they borrow. A Europe that represents Christian values would perhaps rather provide loans to those who they see are working to earn them and want to continue working in order to earn them. A common Europe that represents Christian values perhaps would never have allowed certain countries to fall into debt slavery. This is an important question for the Spanish nation. It is not my business, I bear responsibility for Hungary, but I would like to warn you that Spain is very close to arriving at the moment when it falls into debt slavery. And a country may be conquered in two ways: by the sword or through debt, and this is something we should never forget. And finally, a Europe that represents Christian values would perhaps, in place of today`s politics, encourage one that distributes the burdens of today`s economic crisis fairly.

Ladies and Gentlemen,

If in Europe today a government is compelled to take on a loan from a European or perhaps international organisation, then they will be required to introduce such measures which make the government lose its credibility before its own electorate. The trends and austerity measures that are required today are in the long-term interests of neither the people, nor the governments, nor the lenders, and it is not right to push national governments in this direction, because if order collapses, social stability is no more and the framework of economic life becomes uncertain as a result of all those cuts and austerity measures, then who will work to earn those borrowed euros so that these loans may be repaid? The example of Greece is not simply an example of a nation, but a warning to the whole of Europe. Unfortunately, honoured Ladies and Gentlemen, it is my personal experience that in Europe the most serious moral crisis may be seen is precisely those political and business leaders who do not take other criteria into account because of their own short-term career and financial interests. As scripture says: "For the love of money is the root of all evil: which while some coveted after, they have erred from the faith, and pierced themselves through with many sorrows." The moral crisis may also be recognised in the case of those leaders who, professing a philosophy of "let us eat and drink, for tomorrow we die", or at last "tomorrow we will not be in government", were capable of casting whole countries into debt. This also brings up questions of serious personal responsibility.

Ladies and Gentlemen,

There are many in Europe, and although we may be a minority, but we are many, whose common goal is to be able to once again build Europe on the rock solid foundations of Christianity. I would like to now spend a few minutes talking about Hungary. Hungary has been following this path since 2010. As we have heard: we have created a new Fundamental Law, and it may also be read in Spanish. An enthusiastic Spanish patriot translated it into Spanish, this is how I became aware of it, and it is probably available in libraries; that I also where I came by it. So, we have introduced a new Fundamental Law, the first chapter of which we called the National Credo. This is the essence of the constitution, its spiritual framework, its backbone. The first line of the new Hungarian constitution begins with the words: "Lord, Bless the Hungarian People!" This is also the first line of our national prayer. The first word of the Hungarian constitution is God. Hungary is a country whose first king, who was called Saint Stephen, some one thousand years ago, after his first child had died and he had no progeny, offered the Crown of Hungary to the Virgin Mary. We view Hungary as a country which our first king offered to the Virgin Mary. This is an important fact. He did not offer it into the safekeeping of a foreign power, and he did not offer it to a financial institution, but to Mary. This is mirrored in the constitution. One of the reasons why we elaborated a constitution of this kind was that we felt we must face up against those European political and intellectual trends and forces which aim to push back and undermine Christian culture, Christian civilisation and Christian values. We knew that this would result in conflict. As we have heard precisely a little earlier. The European forces that wish to undermine the strength of Christianity are strong and well-organised forces. They are a significant factor within Europe. Let us not delude ourselves, it is better to face the truth. But I am positive that if we do not enter into conflict with them, then they will sweep us off the path of both European public life and national public life. For this reason, Hungary decided it would rather face this conflict. We have also included the following thoughts in our constitution, which I will now quote to you. "We profess that the basis of human existence is human dignity. We profess that human freedom may only develop in cooperation with others. We profess that the most important framework of our coexistence is the family and the nation, and that the principle values of our coexistence are loyalty, faith and love. We profess that the foundation of the strength of the community and of the honour of every person is work and the performance of the human spirit. We profess the duty to help the fallen and the poor. We profess that the common goal of the state and its citizens is a good life, security, order, and the achievement of truth and freedom. We recognise the nation-preserving power of Christianity." This is what caused the greatest conflict: we acknowledge the nation-preserving role of Christianity.

Well, Ladies and Gentlemen,

We have now reached a subject which we will perhaps discuss in greater detail during the debate, so I will mention only the main point. Politics raises difficult questions for Christians. Difficult personal and moral questions. Politics is a wild world. It is difficult to be successful in it. And to reconcile success and the norms of Christian behaviour in this world is an especially difficult task. Perhaps one of the most difficult issues that we must find a solution to within ourselves and that the Christian parties must find a solution to in their programs, is how to reconcile the criteria for the representation of the truth and the acquisition of the majority. Power, if it has been granted to us by the electorate, must be practiced in a way that represents the truth of Christianity in policies, but in a way that also allows us to receive a majority on the next occasion. We are not Christian political kamikaze pilots, but responsible Christian leaders. If no political majority is allied with the truth, then how are we to implement these programs in politics? But if we have the majority but do not represent the truth, then what is the point of the majority? This is a question that all parties with Christian roots and all Christian politicians must clarify within themselves: how does one combine these criteria? Of course this must be done differently in Spain and differently in Hungary, and it is an issue which includes many tactical elements, but it is an unavoidable question for all of us. What I can tell you is that, no matter how difficult, we were capable of creating a deeply Christian-based constitution within a democratic political environment in a country that is religiously rather neutral - because unfortunately Hungary is a country which is religiously rather neutral. And I think that the Hungarian example - and I do not wish to commit the sin of self-praise here - is an encouragement to all Christian politicians that it is possible to adopt a deeply Christian constitution that requires a two-thirds majority in Parliament in a democratic environment in a religiously neutral country. This is an encouragement regarding the fact that Christian politics do indeed have a chance, a chance to be victorious and to create in the modern European world.

And now, Ladies and Gentlemen, please allow me to say a few words about the fact that our national Fundamental Law has become a target for the actions - as we call them - of the international and Hungarian left despite the fact that references to Christian values are also otherwise included in the constitutions of many nations. There are several such constitutions in Europe. What therefore is the explanation for the extremely blinded and hate-induced actions that we had to face? It is important to note that I am not complaining now. As they say in Hungary, people who are afraid should not go into the forest. We knew that this constitution would result in such conflict. And so there is no reason to feel sorry for ourselves. In fact I can tell you that there are many of us in Hungary who decidedly enjoy this fight, who are motivated by it and who feel that this is a just fight, and so it is good to fight it. Nevertheless it remains important to put the question, if there are other constitutions in Europe that refer to Christianity, then why was it the Hungarian constitution that evoked this huge attack on the part of Europe? I know you have your own troubles to deal with, but if you once have the time, it would be most illuminating to watch the video footage of how the European left in Strasbourg organised a special trial in the European Parliament to discuss the Hungarian constitution and to condemn the Hungarian constitution. This was a huge debate at which I myself was also present. It is most illuminating; if you have the opportunity, do so. It is worth seeing how anti-Christian politics work today in Europe out in the open. Well, my opinion is that what was quite clearly behind the attack is the fact that the representatives of today`s mainstream European politics, and especially the intellectuals who took part in the events of nineteen sixty-eight and are now in important positions of power, are not prepared to accept the fact that Christianity is again capable of adopting an increasingly determined political position. The European mainstream - the ideological category is a cause for confusion, so I will refrain from using terms such as liberal and left wing, because I don`t know if these terms mean the same here as they do in Hungary, and so I would rather say that - the mainstream of European thinking, its dominant trend, has a clear picture of the future of Europe. They think, and here the analysis and the wishes mix, and of course we too often make the same mistake, they think that both objectively and according to their wishes, Europe is moving towards a state where the religious will become unreligious, where national will make way to formations that are above national, and in which families will be replaced by individuals. They call this progress. This is the dominant intellectual trend in European politics today. Our sin, which we of course assume proudly, is that in the 21st century we have dared to include in our constitution the fact that faith, the church, the nation and the family belong not to our past but to our future. This is the reason for the hate-induced huge attack against the Hungarian constitution and the creators of the Hungarian constitution which we have experienced throughout Europe.

We think, honoured Ladies and Gentlemen, that as it has done before during the course of history, Christian-based politics will now once again renew Europe. We believe in what Schuman said: Europe will either be Christian, or it will not exist. And we believe that we, who God placed within this struggle as the dutiful guardians of Europe as politicians, have the responsibility of giving back to our faded and empty values their deep, Christian moral meaning so that solidarity should not be an equality of interests, but instead a commitment towards the other individual and the other person, and so that the protection of the created universe should not be merely a political program, that the acknowledgement of working people should be so strong that everyone who works from the unskilled labourer to the atomic physicist may look on his or her work as a vocation, a kind of sacred vocation. We must work to make sure that the credit I talked about earlier should once again be determined by the mutual trust between two parties. We must go back to the last lines of the introductory thought. We cannot ignore the issue. It is rare that I speak of this in public, but the fact is that if we wish to achieve these goals, then the issues of personal change, personal commitment and personal example cannot be ignored. To successfully renew Europe in the spirit of Christian values we require a political culture, a personal mentality and bearing, a governance, and the provision of such personal examples as are defined and determined by Christian teachings. I will of course be trying to invoke these, and I feel that we, European people in public life, must take this seriously. What I say now must be also taken seriously: we require policies and leaders whose culture is built on the fact that they are not envious, do not brag, are not conceited, do not behave offensively, do not search for personal profit, do not become angered and do not hold grudges. Who do not celebrate falsehood, but instead rejoice together with the truth. If we cannot embrace this, then we will never have a majority in European politics. This is the most difficult in politics, but honoured Ladies and Gentlemen, I also see no other path in politics that does not lead to damnation or doom. So let us take this path, my dear Brothers and Sisters.

Thank you for your attention.


Intervention de M. Viktor Orbán à la conférence Espérance et Réponse chrétienne à la Crise

17 novembre 2012. Madrid

 

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs,

 

Permettez-moi de vous dire tout d`abord que c`est à moi de vous remercier et non pas à vous de me remercier de ma présence à ce Congrès. Et de remercier mon ami de m`avoir fait promettre à notre dernière rencontre d`être certainement ici, à Madrid, avec vous, en ce mois de novembre. Beaucoup de belles choses viennent d`être dites à mon égard, à titre d`introduction. On est un peu embarrassé d`être ainsi loué en public même si, en secret, cela fait plutôt plaisir. Avec leur laisser-aller habituel, les Américains expriment cela par la formule : Si mes parents étaient là, mon père serait très fier de moi et ma mère croirait littéralement tout ce qui a été dit. C`est comme ça pour ce qui est des louanges.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Qu`il me soit permis avant tout de vous transmettre, en débordant un peu le cadre de cette conférence, le salut des Hongrois. Le salut du pays, et cela est d`une grande actualité aujourd`hui, qui a donné sainte Élisabeth à l`Europe. Je remercie le dignitaire ecclésiastique qui a célébré la sainte messe de ce matin d`avoir parlé de la Hongrie et de sainte Élisabeth dans le cadre de la leçon. Eh bien, je viens de ce pays-là. Et pour être aussi, un peu, séculier, j`ajoute qu`au-delà de sainte Élisabeth, nous avons aussi donné à la culture européenne Ferenc Puskás et László Kubala dont l`Espagne était la seconde patrie et que le peuple d`Espagne aimait comme il aime ses propres fils.

 

Chers amis! Mesdames et Messieurs,

 

Nous autres Hongrois, nous comprenons bien la douleur que ressentent aujourd`hui les Espagnols, nous comprenons le combat éprouvant mené par le gouvernement espagnol contre une situation économique difficile, héritée. Nous comprenons la déception, la fureur et l`impatience des Espagnols. Nous connaissions et continuons de connaître tout cela en Hongrie aussi. C`est pourquoi nous partageons vos sentiments et nous sommes solidaires avec l`Espagne.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Les Espagnols, tout comme les Hongrois, sont un peuple aimant la liberté, ils sont fiers de leur histoire et ne veulent pas permettre que l`œuvre de leurs grands-parents qui ont rebâti leur pays dévasté par la guerre civile soit menacé par des bureaucrates et des spéculateurs financiers de tout genre. Des séries de manifestations et de grèves montrent à travers le continent européen que les gens cherchent partout la réponse à la question de savoir comment a pu se briser le rêve qu`avait représenté pour nous tous l`Europe commune. Comment l`Europe a-t-elle perdu sa compétitivité ? Comment a-t-elle pu s`enliser dans l`endettement ? Pourquoi ne s`est-t-elle pas adaptée de manière programmée, sans à-coups, au monde en changement, au monde changé ? Pourquoi subit-on maintenant, tout d`un coup, tous les malheurs brisant le niveau de vie et la forme de vie de millions de familles? Questions difficiles. Cependant, je peux vous dire une chose en rappelant ci qui a été affirmé ici à titre d`introduction. Je suis moi-même de ceux qui pensent que la crise d`aujourd`hui n`est pas simplement une crise conjoncturelle. Il ne s`agit pas simplement du fait que la conjoncture dernière est suivie par une décroissance dans l`économie européenne, non, c`est autre chose. Je pense qu`il faut regarder la réalité en face, et que ce n`est pas la peine de se faire des illusions. On assiste aujourd`hui à un redéploiement des forces dans le monde, redéploiement qui ne permettra pas que le monde, y compris l`Europe et la vie en Europe, une fois sorti de la crise redevienne tel qu`il était avant. Jamais plus notre vie ne sera comme elle était avant la crise. Voilà pourquoi nous estimons, nous autres Hongrois, qu`en politique, les réformes ou réformes structurelles ne suffisent plus. Nous nous disons, en Hongrie, que notre pays, la Hongrie a besoin d`un renouveau complet et d`une réorganisation radicale dans tous les domaines : intellectuel, moral, spirituel, économique, social. Cela n`est jamais facile ni confortable.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Que pouvez-vous attendre de moi à cette conférence d`aujourd`hui ? Précisons tout d`abord ce que vous ne pouvez pas attendre de moi. Je ne suis ni prêtre ni responsable ecclésiastique. Je ne suis pas non plus philosophe  ou savant, vous ne pouvez donc pas attendre de moi des approches théologiques, philosophiques ou scientifiques. Comme le dit l`anglais, je suis un « doer », un homme considérant la politique comme une vocation, premier ministre pour le moment et faisant ma tâche. J`ajoute, si vous me permettez, que je viens d`une petite commune, que je suis d`origine plébéienne, j`ai fait mes études à une faculté de droit et, plus tard, j`ai connu aussi les bancs d`Oxford. J`ai participé en clandestinité à la lutte politique contre le communisme et l`Union soviétique, j`ai organisé des mouvements de jeunesse puis j`ai fondé un parti politique et enfoncé mon clou, le clou que j`avais, dans le cercueil du communisme. A 26 ans, j`ai été élu député au parlement et, à 35 ans, premier ministre. Après 4 ans de gouvernement, je me suis retrouvé dans l`opposition pour revenir au gouvernement huit ans après, en 2010, avec deux tiers des sièges à l`assemblée nationale. 52 % des voix aux élections donnant deux tiers des sièges au parlement selon les règles du système électoral. Tout ce que je vous dirai ici, se base, par conséquent, sur des expériences vécues dans la vie politique d`Europe centrale et européenne. La couverture de mes propos n`est pas constituée d`arguments théoriques, quoique j`aime les entraînements cérébraux, elle est constituée de savoirs pratiques, d`expériences et de vécu personnel. Expériences de 30 années de travail politique. 30 années passées sur les planches de la scène politique qui sont, comme on le sait, des planches non rabotées susceptibles de laisser de profondes plaies aux pieds.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Laïcs et membres d`un clergé, catholiques et protestants, les gens de tradition chrétienne sont tous liés par un sentiment commun, celui de la responsabilité de la sentinelle. Dans le livre d`Ézéchiel, on lit que si la sentinelle voit venir l`ennemi et ne sonne pas du cor, de sorte que le peuple n`est pas averti, Dieu lui demandera compte des vies humaines perdues. Pour moi, Dieu investit de la fonction de sentinelle les responsables ecclésiastiques et séculiers, les hommes politiques aussi. Voilà pourquoi, en mesurant notre responsabilité, nous devons dire que la crise financière et économique en cours en Europe n`est pas un événement quelconque du hasard pouvant être corrigé par quelques technocrates habiles. La crise actuelle en Europe est la conséquence d`un déclin depuis longtemps présent sur le continent. Il faut dire, je crois, que dans l`Europe d`aujourd`hui on voit contester des formes, des façons de coexistence humaine telles que la nation et la famille. En matière économique, le sens véritable du travail et du crédit est devenu, de la même manière, incertain. Tout cela est dû à ce que ces choses majeures, travail, crédit, famille, nation ont été déliées de la base morale que leur avait fourni la chrétienté et, de ce fait, ont perdu leur poids et leur valeur au cours des dernières décennies. Je ne sais pas quand ce processus a commencé, les historiens le savent peut-être, ce que je constate c`est qu`en Europe on en est arrivée à une situation dans laquelle l`Europe, en politique tout au moins, commence à avoir honte de ses racines. Voilà pourquoi aucun rappel des racines chrétiennes ne figure dans le nouveau document fondamental européen. Il n`a pas été oublié mais, dans un grand débat européen, ceux qui disaient qu`il ne pouvait pas y figurer ont obtenu la majorité. Schuman, l`un des pères fondateurs de l`idée européenne disait pourtant que l`Europe sera chrétienne ou elle ne sera pas. Mais aujourd`hui la plupart des hommes politiques européens travaillent et font tout leur possible pour que la chrétienté soit exilée dans la vie privée des gens, dans les églises et dans les manuels d`histoire.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Un pays musulman qui commencerait à avoir honte des enseignements du Coran attirerait légitimement la colère des autres pays musulmans. Celui qui en Inde commencerait à contester les bases de l`hindouisme ou en Chine les principes du bouddhisme serait très vite entouré d`incompréhension. Cependant, en Europe, je me heurte chaque jour à l`incompréhension manifestée plutôt à l`égard de ceux qui, dans la vie politique et sociale, veulent réfléchir et agir dans le respect de l`ordre des valeurs de la chrétienté. Pour ce qui est de la crise, je constate dans le monde moderne que dans les économies nationales qui réussissent, car il y en a qui réussissent même si à l`extérieur de l`Europe, il existe une force motrice spirituelle. Dans les pays d`Amérique latine, c`est le catholicisme, en Inde, c`est l`hindouisme et en Chine, c`est le bouddhisme basé sur l`estime du travail. En Europe, le capitalisme est né également sur des bases spirituelles. Il n`aurait pas pu se faire sans la chrétienté. Mais aujourd`hui on sourit souvent de ceux qui considèrent leur métier comme une vocation et non pas exclusivement comme un moyen de gagner de l`argent, de ceux qui veulent préserver l`ordre du monde créé et non pas en abuser, on sourit de ceux qui affirment ressentir une responsabilité reçue de Dieu des communautés dont ils font partie. L`Europe séculière est sceptique à l`égard des formes traditionnelles de la vie communautaire, de la nation, de l`assemblée, de la famille, comme si elles n`étaient que des bric-à-brac hérités du passé et elle ne se soucie guère du fait que beaucoup de gens, des millions de personnes sont aujourd`hui incapables de vivre leurs relations humaines dans leurs véritables profondeurs. Pendant ce temps, la population européenne ne cesse de diminuer car la famille est attaquée sans interruption et l`on considère la maternité comme un obstacle à l`épanouissement de la personne. Le recul des communautés familiales basées sur un engagement stable représente une tendance générale en Europe. Ce phénomène est présent dans mon pays, la Hongrie, d`une manière déprimante. Chez nous, en Hongrie, 42 % des enfants naissent hors mariage, la moyenne d`âge des femmes à la première maternité s`élève à non moins de 30 ans,  elles ne veulent pas avoir des enfants avant l`âge de 30 ans. La Hongrie est l`un des pays européens où les maternités sont les moins nombreuses, et pourtant, c`est le pays de sainte Élisabeth et le phénomène ne s`explique que partiellement par les problèmes de moyens d`existence nés de la crise. Il y a des maux plus profonds qui font souffrir notre peuple.

 

Mesdames et Messieurs les Participants au Congrès,

 

Les communautés religieuses en Hongrie ont dû passer par des épreuves d`une extrême dureté au temps du communisme. La dictature a mené d`abord ouvertement puis sournoisement une politique de persécution à l`égard des églises, politique destinée à rompre les liens entre les Hongrois et leurs églises. Elle n`a pas réussi à mettre fin à l`engagement des Hongrois envers leurs cultes mais elle a réussi à le désintégrer.  Pour citer les chiffres du dernier recensement, 95% de la population hongroise adulte se déclarent appartenir à un culte mais 14% seulement vont chaque semaine à l`église.  A la question de savoir si elles sont croyantes, beaucoup de personnes répondent par oui, mais quand on leur demande ce que cela signifie, la plupart d`entre elles répondent, comme en témoigne le recensement, qu`elles sont croyantes à leur façon et peu d`entre elles affirment d`être croyantes selon l`enseignement d`une église. Ce sont des signaux intéressants mais aussi d`avertissement.

 

Mesdames et Messieurs,

 

En fin de compte, je dois dire que l`Europe et au sein de l`Europe la Hongrie renonçant à leurs racines chrétiennes et de plus en plus vieillissant commencent à ressembler à l`homme qui, comme on peut lire dans l`enseignement chrétien bien connu, avait bâti sa maison sur le sable. Les crues ont atteint cette maison qui est aujourd`hui près de tomber. Ces crues n`ont été provoquées que partiellement par l`Europe elle-même, mais l`Europe se doit à elle-même le fait qu`elle n`a pu guère résister aux crues, et derrière les problèmes on retrouve la faiblesse et, derrière la faiblesse européenne, on retrouve la crise des choses qui, à l`époque précoce du capitalisme nous avaient permis de réussir : la famille, les communautés, la nation. Elles ont rendu l`Europe forte, dominante au niveau mondial car elles étaient intégrées alors dans un ordre moral chrétien : les affaires et l`économie tout comme la famille et la nation. Je voudrais souligner ici un élément pour expliquer ce dont je parle. Il s`agit du crédit. Dans l`Ancien Testament, si l`on traduit le mot usure en hongrois, il signifie « mordre son prochain », comme le serpent peut mordre un homme. On comprend que l`église catholique a interdit la perception d`intérêts en voulant, certainement, ménager les gens des souffrances et de la cruauté affligées par les usuriers. Au temps de la Réforme, les positions relatives à la perception d`intérêts ont changé. Même si l`on a du mal à l`imaginer dans le monde d`aujourd`hui, il fut un temps où le banquier de Genève, par exemple, écrivait une lettre au pasteur protestant de sa ville pour lui demander dans quelles conditions et en quelle mesure celui-ci considérait la perception d`intérêts permise. Il le demandait à un homme d`église ! Mais le crédit est devenu, à partir du capitalisme précoce, généralement admis, ce que permettait le contenu moral attaché à ce terme. A l`époque, le crédit était encore lié à la confiance, au respect de la parole donnée, à un comportement honnête en matière d`affaires. Je ne suis pas un naïf romantique. L`instinct humain de l`avarice et de l`enrichissement n`était certainement pas inconnu à l`époque non plus. Et pourtant, le fait que toutes questions relatives au crédit s`intégraient dans un ordre de valeurs et de comportements chrétiens et étaient soumises à la mesure de la chrétienté avait une importance certaine. Si l`on passe en revue, aujourd`hui, les pays endettés de l`Europe, on voit que les crédits qui font souffrir nos pays aujourd`hui n`ont rien à voir avec les principes moraux. Les conditions de crédit de nos jours menacent la souveraineté des nations, les créanciers obligent les gouvernements de prendre l`argent de ceux à qui on devrait plutôt en donner.

 

Je suis convaincu qu`une Europe appuyée sur l`ordre de valeurs chrétiennes n`aurait peut-être pas permis qu`en contractant des crédits irresponsables les gens épuisent l`avenir de leurs familles. En Hongrie, c`est le cas d`un million de familles. C`est le nombre de ceux qui se trouvent en faillite personnelle, familiale. Une Europe représentant l`ordre chrétien des valeurs aurait peut-être averti tout le monde que pour chaque euro, y compris les euros contractés en crédit, il fallait tôt ou tard travailler. Une Europe représentant l`ordre chrétien des valeurs donnerait peut-être du crédit plutôt à ceux qui travaillent pour le recevoir, à ceux qui veulent travailler pour. Une Europe commune représentant l`ordre chrétien des valeurs n`aurait peut-être jamais permis que des pays entiers s`enfoncent dans l`esclavage du crédit. C`est une question grave pour la nation espagnole. Il ne m`appartient pas, à moi qui suis responsable de la Hongrie, il ne m`appartient pas de vous avertir, mais je voudrais quand même vous dire que l`Espagne est toute proche de tomber dans l`esclavage du crédit. Il y a deux manières de vaincre un pays : avec l`épée ou avec la dette, il ne faut jamais l`oublier. Et, enfin, une Europe représentant l`ordre chrétien des valeurs plaiderait peut-être non pas pour la politique qu`elle mène actuellement mais pour une autre politique qui répartirait équitablement les poids de la crise économique actuelle.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Si un gouvernement est contraint aujourd`hui en Europe de demander un crédit aux organisations européennes ou mondiales, il se voit obligé de prendre des mesures qui lui font perdre toute crédibilité devant ses électeurs. La ligne suivie aujourd`hui, les restrictions ne représentent, à long terme, ni l`intérêt des gens, ni ceux des gouvernements, ni ceux des créanciers, et il n`est pas juste d`exercer dans cette direction des pressions sur les gouvernements nationaux car si l`ordre se défait à la suite du grand nombre de coupes et de restrictions, et que la stabilité sociale prend fin et les cadres de la vie économique deviennent incertains, qui va travailler pour que l`on puisse rembourser les euros reçus en crédit. L`exemple de la Grèce n`est pas simplement celui d`une nation, c`est un avertissement pour l`Europe tout entière. Hélas, Mesdames et Messieurs, j`ai l`expérience personnelle qui me fait dire qu`en Europe, la crise morale la plus grave se trouve chez les responsables politiques et commerciaux qui ne voient que leurs propres intérêts économiques et de carrière de court terme et qui mettent de côté toutes autres considérations. Comme il est écrit : « Car l`amour de l`argent est une racine de tous les maux; et quelques-uns, en étant possédés,
se sont égarés loin de la foi, et se sont jetés eux-mêmes dans bien des tourments. » Mais la crise morale est également présente chez les dirigeants qui se sont permis d`endetter des pays entiers dans l`esprit de « mangeons et buvons car, de toute façon, nous allons mourir demain » ou du moins « ce n`est pas nous qui gouvernerons demain ». Cela soulève la question d`une lourde responsabilité personnelle.

 

Mesdames et Messieurs,

 

Nous sommes nombreux en Europe, même s`il se peut que nous soyons en minorité, nous sommes nombreux à avoir l`objectif commun de rebâtir la nouvelle Europe sur les fondements inébranlables de la chrétienté. Et là, je voudrais consacrer deux ou trois minutes à la Hongrie. Depuis 2010, la Hongrie suit cette voie-là. Comme vous avez pu entendre, nous avons établi une nouvelle Loi fondamentale, elle est disponible en langue espagnole aussi. Un patriote espagnol enthousiaste l`a traduite en espagnol et c`est ainsi que j`ai pu la trouver, vous pouvez probablement la trouver dans les bibliothèques, je l`y ai trouvée moi-même.   Nous avons donc établi une nouvelle loi fondamentale dont le premier chapitre est intitulé Profession de foi nationale. Il contient l`essence, le cadre spirituel, le cerceau de notre constitution. La première ligne de la nouvelle constitution hongroise commence par « Dieu, bénis les Hongrois. » C`est en même temps la première ligne de notre hymne. La constitution hongroise commence par le mot Dieu. La Hongrie est un pays que notre premier roi, saint Étienne qui avait perdu son unique enfant et n`avait pas de successeur a offert, il y a environ mille ans, à la Sainte Vierge. Pour nous, la Hongrie est un pays offert à Marie par notre premier roi. C`est une chose importante. Il ne l`a pas recommandé à la protection d`une puissance étrangère ou d`un établissement financier, mais il l`a offert à Marie. Cela se reflète dans notre constitution. Une des raisons pour lesquelles nous avons conçu une telle constitution c`est que nous pensions que pour défendre notre identité nationale, nous devions nous élever contre les courants et les forces politiques et spirituels européens qui s`efforcent de faire reculer et de saper la culture chrétienne, la civilisation chrétienne et l`ordre de valeurs chrétiennes. Nous savions que ce sera un combat. Juste comme nous venons de l`entendre. Les forces européennes qui veulent saper la force de la chrétienté sont des forces européennes puissantes et bien organisées. Des facteurs sérieux en Europe. Ne nous faisons pas d`illusion, il vaut mieux regarder la vérité en face. Mais je suis certain que si nous n`acceptons pas le combat contre eux, elles nous balaieront du terrain de la vie publique européenne et nationale. Voilà pourquoi la Hongrie est entrée au combat. Nous avons également intégré dans notre constitution les idées suivantes, je cite : « Nous affirmons que la liberté individuelle ne peut se réaliser qu`en coopération avec autrui. Nous affirmons que les cadres essentiels de notre vie en communautés sont la famille et la nation et que les valeurs fondamentales de notre unité sont la fidélité, la foi et l`amour. Nous affirmons que les fondements de notre communauté et de la dignité de l`Homme sont le travail et les créations de l`esprit humain. Nous affirmons notre devoir d`aider les pauvres et les démunis. Nous affirmons que les objectifs communs du citoyen et de l`État sont le bienêtre, la sécurité, l`ordre, la justice et la liberté. Nous reconnaissons la vertu unificatrice de la chrétienté pour notre nation. »

C`est ce qui a soulevé la plus grande polémique : nous reconnaissons la vertu unificatrice de la chrétienté pour notre nation.

 

Eh bien, Mesdames et Messieurs,

 

Nous en sommes arrivés à un point qui pourra être détaillé dans le débat, je me limiterai donc à en mentionner l`essentiel. Pour les chrétiens, la politique soulève des questions ardues. Des questions difficiles sur le plan personnel et sur le plan moral. La politique est un monde sauvage. Il n`est pas facile d`y avoir du succès. Dans notre monde d`aujourd`hui il est particulièrement difficile d`accorder le succès et les normes du comportement chrétien. L`un des problèmes les plus difficiles que chacun doit surmonter en soi-même et que les partis chrétiens doivent affronter dans leurs programmes c`est de concilier les exigences de la représentation de la justice et celles de l`obtention de la majorité. Le pouvoir, une fois accordé par les électeurs, doit être exercé de manière à représenter dans la politique la justice de la chrétienté mais de la représenter d`une façon qui nous permette d`obtenir de nouveau la majorité. Nous ne sommes pas des kamikazes politiques chrétiens mais des dirigeants chrétiens responsables. Si notre vérité n`est pas suivie de la majorité politique, comment pourrions-nous réaliser notre programme dans la politique ? Et si nous avons la majorité mais nous ne représentons pas la vérité, à quoi sert la majorité ? C`est un problème que tout parti et tout homme politique ayant des racines chrétiennes doivent trancher en eux-mêmes : comment concilier ces approches ? Évidemment, cela ne se fait pas de la même manière en Espagne et en Hongrie, beaucoup d`éléments tactiques entrant aussi en jeu, mais c`est une question incontournable pour chacun d`entre nous. Ce que je peux vous dire c`est que, malgré toutes les difficultés, nous avons réussi, dans un pays plutôt indifférent du point de vue religieux, car la Hongrie est malheureusement un pays plutôt indifférent du point de vue religieux, à établir, dans un milieu politique démocratique, une constitution qui s`enracine profondément dans la chrétienté. J`estime que l`exemple hongrois, et je ne le dis pas pour nous en vanter, constitue un encouragement pour tous les hommes politiques chrétiens, il montre qu`il est possible d`adopter dans un pays religieusement indifférent, dans des conditions démocratiques, une constitution profondément chrétienne avec une majorité des deux tiers des voix. C`est un encouragement : la politique chrétienne a bien des chances, et mêmes des chances de victoire et de création dans le monde européen moderne.

 

Ceci dit, permettez-moi d`indiquer, Mesdames et Messieurs, que notre Loi fondamentale nationale est devenue une cible des actions de la gauche internationale et hongroise, comme nous les appelons, malgré que les constitutions de nombreux autres pays contiennent également un rappel des valeurs chrétiennes. Il en existe un certain nombre en Europe. Qu`est-ce qui explique alors ces actions aveugles, incitées par la haine que nous devons essuyer ? Il est à mes yeux important que ce que je vous dis ici, n`est pas une plainte de ma part. Les Hongrois disent que ceux qui ont peur ne doivent pas aller dans la forêt. Nous savions qu`une telle constitution entraînerait cela comme conséquence. Nous n`avons donc aucune raison de nous faire plaindre. Je vous avoue même, en secret, que nous sommes nombreux en Hongrie à nous passionner pour ce combat, nous y sommes motivés et nous pensons que c`est un juste combat, il est donc bon d`y participer. Cependant il est tout de même important de poser la question de savoir pourquoi justement la constitution hongroise a provoqué cette attaque européenne démesurée alors qu`il existe d`autres constitutions en Europe qui se réfèrent également à la chrétienté ?  Je sais bien que vous avez vos propres soucis, vos propres problèmes mais si un jour vous pouvez vous le permettre, il sera instructif de regarder la vidéo montrant que la gauche européenne a organisé à Strasbourg, au Parlement européen, une séance spéciale d`accusation pour discuter de la constitution hongroise et condamner la constitution hongroise. C`était un immense débat auquel j`ai participé moi-même. C`était très instructif, regarder-le si vous pouvez. Cela vaut la peine de voir comment se fait aujourd`hui en Europe la politique ouvertement antichrétienne. Eh bien, je suis de l`avis que nous devons sans aucun doute les attaques à ce que les représentants du principal courant d`idées européen, et tout particulièrement les intellectuels qui avaient joué un rôle important dans les événements de 1968 et qui occupent aujourd`hui d`importantes positions de pouvoir, n`acceptent pas que la chrétienté devienne capable d`obtenir de nouveau des positions politiques de plus en plus déterminées. Le principal courant européen, et j`utilise ce terme pour éviter toute confusion générées par des catégories idéologiques telles que libéral, de gauche, et autres, je ne sais pas, en effet, si elles désignent ici la même chose qu`en Hongrie, la même chose que dans ma tête, je dirai donc plutôt que le principal courant européen, son courant dominant a une image claire de l`avenir de l`Europe. Les représentants de ce courant pensent, analyse et souhait se mêlant, et nous-mêmes tombons souvent dans le piège de mêler les deux, ils pensent que de manière objective et aussi de manière intentionnelle, l`Europe est en passe de se transformer de religieuse en sans religion, de nationale en supranationale et d`évoluer de la famille vers l`individu. Ils appellent cela un progrès. Voilà le courant intellectuel dominant de la politique européenne d`aujourd`hui. Notre faute, dont nous sommes d`ailleurs fiers, c`est qu`à la fin de la première décennie du 21e siècle nous avons osé inscrire dans notre constitution que la religion, l`église, la nation et la famille appartiennent non pas au passé mais à l`avenir. Voilà ce qui explique l`immense attaque motivée par la haine et que subissent à travers l`Europe la constitution hongroise et ceux qui ont établi la constitution hongroise.

 

Nous pensons, Mesdames et Messieurs, qu`une fois de plus dans l`histoire, la politique basée sur les valeurs chrétiennes renouvellera l`Europe. Nous croyons Schuman qui disait : l`Europe sera chrétienne ou elle ne sera pas. Et nous pensons qu`il nous appartient, à nous hommes politiques investis par Dieu des fonctions de sentinelles européennes dans ce combat, de restituer le contenu moral profondément chrétien à nos valeurs usées et vidées, pour que la solidarité ne soit pas une identité d`intérêts mais un engagement envers les autres hommes, les autres personnes, que la protection du monde créé constitue un programme politique, que l`estime de l`homme qui travaille soit fort et profond et que tous ceux qui travaillent, du manœuvre au physicien nucléaire puissent considérer leur travail comme une sorte de vocation sacrée. Nous devons travailler pour que le crédit dont je vous ai parlé soit de nouveau déterminé par la confiance réciproque des deux parties. Nous devons retourner ici aux dernières lignes des idées introductives. Nous ne pouvons pas contourner la question. Même si l`on en parle rarement, il est certain que si nous voulons atteindre ces objectifs, nous ne pouvons pas contourner la question du changement personnel, de l`engagement personnel, de l`exemple personnel. Pour renouveler l`Europe sous le signe des valeurs chrétiennes, nous avons besoin d`une culture politique, d`une mentalité et d`une attitude personnelles, d`un gouvernement et d`exemples personnels déterminés par l`enseignement chrétien. Je citerai, naturellement, mais je pense que nous, personnes exerçant des fonctions publiques en Europe, nous devons le prendre au sérieux. Ce que nous disons maintenant doit être pris au sérieux, c`est à dire que nous avons besoin d`une politique et nous avons besoin de responsables dont la culture est basée sur ce qu`ils n`envient pas les autres, qu`ils ne se vantent pas, qu`ils ne se gonflent pas, qu`ils ne se conduisent pas de façon blessante, qu`ils ne cherchent pas leur propre profit, qu`ils ne se mettent pas en colère, qu`ils n`imputent le mal à personne. Qu`ils ne trouvent pas de plaisir au mensonge mais à la vérité. Si nous n`arrivons pas à devenir comme cela, nous n`aurons jamais la majorité dans la politique européenne. C`est la chose la plus difficile dans le monde de la politique mais, Mesdames et Messieurs, je ne vois pas d`autres voies dans la politique non plus qui ne conduisent à la damnation ou à la chute. Suivons donc cette voie, mes chers Frères.

 

Merci de m`avoir écouté.


Vortrag von Viktor Orbán bei der katholischen Konferenz „Hoffnung und christliche Antwort auf die Krise"

17. November 2012, Madrid

 

Geehrter Kongress! Sehr geehrter Herr Vorsitzender! Meine Damen und Herren!

 

Lassen Sie mich vor allem sagen, dass ich Ihnen Dank dafür schulde, dass ich hier sein darf, und nicht Sie mir. Und ich bedanke mich auch bei meinem Freund dafür, dass er mir bei unserem letzten Treffen das Versprechen abnahm, im November auf jeden Fall hier in Madrid mit Ihnen zusammen zu sein. In der einleitenden Eröffnungsrede, wurde viel Schönes und Gutes über mich geäußert. Man fühlt sich ein bisschen peinlich, wenn man öffentlich gelobt wird, wobei es einem natürlich im geheimen auch etwas wohl tut. Die Amerikaner haben sich mit ihrer Überheblichkeit eine Formel für diese Situation ausgedacht, die hört sich wie folgt an: wenn meine Eltern da gewesen wären, so wäre mein Vater stolz auf mich gewesen und meine Mutter hätte alles wörtlich geglaubt. Nun, so steht man zum Lob.

 

Geehrte Damen und Herren!

 

Erlauben Sie mir zunächst, vor allen Dingen, etwa über diese Konferenz hinausblickend, Ihnen den Gruß der Ungarn auszurichten. Den Gruß jenes Landes, welches - dies ist heute besonders aktuell - für Europa Elisabeth die Heilige geschenkt hatte. Ich bedanke mich bei dem Kirchenchef, der heute früh die heilige Messe zelebrierte, dafür, dass er als nette Geste über Ungarn und Elisabeth die Heilige in der Lektion sprach. Nun, ich komme aus diesem Lande. Um ein bisschen säkular zu sein, wurden über Elisabeth die Heilige hinaus auch Puskás Ferenc und Kubala László von uns an die europäische Kultur geschenkt, die Spanien als ihr zweites Heimatland ansahen und auch durch das spanische Volk als eigene Söhne geliebt waren.

 

Liebe Freunde! Sehr geehrte Damen und Herren!

 

Wir Ungarn können den heutigen Schmerzen der Spanier nachvollziehen, den mühevollen Kampf der spanischen Regierung, den sie gegen die geerbte schwierige Wirtschaftslage führt. Wir Ungarn hatten und haben ebenfalls teil daran. Daher fühlen mit ihnen und sind mit Spanien solidarisch.

 

Geehrte Damen und Herren!

 

Das spanische ist wie das ungarische ein freiheitliebendes Volk, welches stolz auf seine Geschichte zurückblickt und nicht zulässt, dass die Arbeit, mit der seine Großeltern ihr im Bürgerkrieg zerstörtes Heimatland wiederaufgebaut haben, durch Bürokraten und Finanzspekulanten gefährdet wird. Eine Reihe von Demonstrationen und Streiken zeigen weitum auf dem europäischen Kontinenten, dass die Menschen überall nach der Antwort auf die Frage suchen, wie der Traum, welchen das gemeinsame Europa für uns alle bedeutete, zerbrechen konnte. Wie hat Europa seine Wettbewerbsfähigkeit verloren? Wie hat es sich mit Schulden überhäuft? Warum hat es sich nicht rechtzeitig an die sich wandelnde, veränderte Welt planmäßig und ohne Erschütterungen angepasst? Warum zerstört die Heimsuchung des Landes jetzt auf einmal die Lebensqualität und die Lebensform der Millionen von Familien? Das sind schwierige Fragen. Eines kann ich Ihnen mit Sicherheit im Anschluss auf die einleitenden Gedanken sagen. Ich denke selber, dass es sich hier nicht um eine einfache konjunkturelle Krise handelt. Es geht nicht darum, dass es statt der früheren Konjunktur die europäische Wirtschaft die Dekonjunktur erlebt, das ist etwas anderes. Ich denke, wir müssen der Realität ins Auge sehen, es lohnt sich nicht, uns selber zu betrügen. In der Welt findet eine Kraftumlagerung in der Welt statt, welche unmöglich macht, dass die Welt nach der Krise - damit Europa und das Leben in Europa - so bleibt, wie sie vor der Krise war. Daher sind Reformen oder strukturelle Reformen in der Politik nicht ausreichend, wie wir Ungarn es zu mindest sehen. Wir formulieren in Ungarn so, dass unser Heimatland, Ungarn einer völligen Erneuerung in jeder Dimension bedarf: in der geistigen, moralischen, psychischen, wirtschaftlichen, sozialen Dimension einer völligen Erneuerung und daher einer radikalen Umgestaltung. Das ist nie leicht und niemals bequem.

 

Geehrte Damen und Herren!

 

Was können Sie von mir bei der heutigen Konferenz erwarten? Klären wir zuerst, was Sie nicht erwarten können. Ich bin weder Priester noch Religionschef. Ich bin kein Philosoph und kein Wissenschaftler, daher können Sie von mir keinen theologischen, philosophischen und wissenschaftlichen Ansatz erwarten. Wie man im Englischen sagt, ich bin ein „doer". Ein Mensch, der die Politik als Berufung ansieht, und jetzt gerade Ministerpräsident ist und seine Sache tut. Lassen Sie mich über mich erzählen, dass ich ein Mensch plebejischer Herkunft bin, aus einem kleinen Dorf sta








Ingyenes honlapkészítő
Profi, üzleti honlapkészítő
Hirdetés   10
Végre értem amit angolul mondanak nekem, és megértik amit mondok.

KÖSZÖNÖM NOÉMI!